Editorial

Après la Chine et la Thaïlande depuis plus de 15 ans, je suis très fier de vous annoncer notre implantation en Corée du Sud. En effet, le groupe Kraemer a signé un partenariat pour la franchise de pas moins de 20 salons de coiffure. Le pays de matin frais s'est montré séduit par un concept qui renoue avec les aspirations premières de la coiffure : bien-être, détente et plaisir.
Là où d'autres imposeraient des codes esthétiques occidentaux, nous engageons ce partenariat sur la base d'un échange de bonnes pratiques, comme ce fut le cas dans les autres pays asiatiques. Le but est de favoriser l'émulation créative en s'appuyant sur des savoir-faire spécifiques. Cela permet à chacun de s'enrichir dans le cadre d'un bel échange : les coiffeurs coréens pourront ainsi bénéficier de la formation Kraemer, laquelle intègre aussi bien les techniques de coiffage que de solides compétences en marketing et en communication ; à l'inverse, les coiffeurs français bénéficieront des connaissances particulières de leurs partenaires coréens. Au final, le partage des pratiques se fait au bénéfice de chacun, tout en s'adaptant de manière stratégique à l'évolution du marché qu'on peut situer à différentes échelles : locale bien sûr, continentale, internationale et bien sûr mondiale.
Depuis l'ouverture des premiers salons du groupe en Chine, j'ai le sentiment d'avoir conservé une position humble et surtout très respectueuse des cultures locales. J'ai eu l'occasion de le dire à maintes reprises, la mondialisation ne doit pas conduire à l'uniformisation, surtout quand celle-ci se fait au bénéfice exclusif de l'Occident. La Chine, la Thaïlande et aujourd'hui la Corée ont énormément de choses à nous apporter à tous les niveaux, par la pensée, par la culture mais aussi par les pratiques au quotidien, dont la coiffure. On ne pourra guère le nier, le développement asiatique du groupe – avec la perspective du Japon demain, qui sait ? – a nécessairement une vocation stratégique, mais pour moi ça ne suffit pas : le succès, j'aime le construire avec mes partenaires à tous les niveaux, en apprenant avec eux, en apprenant beaucoup d'eux. Parce qu'une aventure comme la nôtre se vit ensemble. Je ne peux cacher cette fierté que j'évoquais plus haut, je ne peux pas surtout dissimuler l'excitation qui est la mienne aujourd'hui d'ouvrir cette nouvelle porte vers un avenir que je souhaite toujours plus lumineux pour nous tous.

Yannick Kraemer